Connexion

Pourquoi ce que je déteste chez toi dit aussi quelque chose à propos de moi

 Actualité.  URL de cette page.

Projection négative, sa source et sa solution.
Il n’y a pas deux personnes sur Terre qui voient le monde et les gens exactement de la même manière, et les différences dans la façon dont nous percevons les choses et les gens en disent long autant sur nous que sur ce que nous regardons.

Pourquoi est-ce important? Il existe un grand nombre de moyens pour expliquer cela, mais j’aborderai dans cet article uniquement la “projection négative”. Par projection négative, je veux dire ce que je n’aime pas chez vous ou dans une situation. Qu’est-ce que cela dit de moi?

Selon la théorie psychologique, nous avons tous des aspects de nous-mêmes que nous n’aimons pas ou que nous ne voulons pas admettre envers nous-mêmes ou envers les autres et qui existent en nous. Disons que je suis radin, hostile, insensible, égoïste ou autre qualité négative. La vérité est que nous avons tous ces aspects en nous, mais à cause de notre éducation sociale, ou de ce que nous en sommes venus à croire de ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, nous sommes plus à l’aise d’admettre certaines qualités négatives que d’autres. Si, par exemple, on me dit que la colère est une chose terrible et qu’il ne faut jamais être en colère mais toujours aimer les autres, je vais consciencieusement essayer de sourire au monde et aux gens qui m’entourent, et ne laisser transparaître aucune négativité dans mon comportement, ma voix ou mes mots.

Du moins c’est ce que je pensais.

Il n’est pas possible d’effacer une émotion négative, juste parce que l’on m’a dit ou que je suis venu à croire que cette émotion était inacceptable. Je peux la faire sortir de ma conscience, mais cela transparaît dans mes projections sur les autres ou sur le monde. Soudain, je suis entouré de gens en colère, le monde devient dangereux, les gens sont toujours malpolis, les conducteurs sont méchants, tout le monde autour de moi semble empli d’hostilité. Pourquoi ne peuvent-ils pas tous être pacifiques, aimants et acceptants comme moi?

Eh bien, il y a au moins deux raisons à cela:

  1. Ces personnes et ces situations ne sont pas aussi hostiles que je le perçois. C’est ma projection de ma propre hostilité non reconnue qui les fait paraître hostiles, mais elles ne le sont pas.
  2. Les gens autour de nous découvrent ce que nous ne reconnaissons pas en nous-mêmes. Ils peuvent ressentir notre hostilité même quand nous ne la percevons pas nous-même, et cela les met mal à l’aise ou parfois carrément en colère. N’avez-vous jamais rencontré quelqu’un qui souriait toujours et était gentil mais avec qui vous vous sentiez impuissant? Il y a de fortes chances qu’il s’agissait d’une personne qui désavouait sa propre hostilité et la projetait dans le monde qui l’entourait – dans ce cas, vous. Et, d’une manière merveilleuse dont nous créons notre réalité, même lorsque nous n’en sommes pas conscients, cette personne était en quelque sorte en train de vous transformer en la personne hostile qu’elle voit dans le monde.

 

Je sais que cela semble un peu magique, mais ce sont des découvertes de la psychologie humaine. Ce truc fonctionne réellement. Plus important encore, lorsque cette personne devient plus consciente et à l’aise avec sa propre hostilité interne, le monde qui l’entoure devient moins dangereux et hostile à ses perceptions et les personnes qui entrent en contact avec elle se sentent moins hostiles à son égard. La situation qui vient d’être décrite est donc inversée d’un cycle négatif à un cycle positif.

Il existe un concept appelé “posséder nos projections”. Cela signifie simplement que nous prenons conscience de ce processus et que, ce faisant, nous projetons moins sur les autres et comprenons mieux nous-mêmes. Pour utiliser l’exemple ci-dessus, en reconnaissant que j’ai des sentiments de colère et d’hostilité, j’ai la possibilité de faire quelque chose pour les résoudre. Je peux prendre le contrôle de la seule personne ou de la seule situation que je puisse éventuellement contrôler: moi-même.

Image par freepik – www.freepik.com