Connexion

L’addiction aux jeux vidéo reconnu comme maladie par l’OMS

 Actualité.  URL de cette page.

L’Organisation Mondial de la santé a défini le trouble du jeu vidéo dans le projet de la révision de la Classification internationale des maladies. L’OMS défini ce trouble comme un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables.

Quels sont les facteurs qui déterminent le trouble du jeu vidéo ?

Si le comportement d’un joueur de jeux vidéo ou numériques entraîne une altération non négligeable des activités sociales, familiales, personnelles, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifeste clairement sur une période d’au moins 12 mois, ce trouble pourra être diagnostiqué.
Pourquoi le trouble du jeu vidéo a-t-il été reconnu par l’OMS ?
L’inclusion du trouble du jeu vidéo dans la CIM-11 fait suite à l’élaboration de programmes de traitement destinés à des patients souffrant d’affections présentant des caractéristiques identiques à celles du trouble du jeu vidéo, observées dans de nombreuses parties du monde, ce qui amènera les professionnels de la santé à porter une attention accrue sur les risques de développement de ce trouble et, partant, sur les mesures à prendre en matière de prévention et de traitement.

Tout joueur de jeux vidéo est-il susceptible de présenter ultérieurement un trouble associé à ce type de jeu?

Des études montrent que le trouble du jeu vidéo ne touche qu’une petite partie des personnes qui utilisent des jeux numériques ou des jeux vidéo. Néanmoins, tout joueur doit être attentif au temps passé sur les jeux, en particulier si ses activités quotidiennes en pâtissent, ainsi qu’à tout changement physique ou psychologique, sur le plan social et celui de sa santé, qui pourrait être attribué à un comportement de jeu.