Connexion

Souhaiter du bonheur aux autres peut améliorer votre propre bien-être

 Actualité.  URL de cette page.

Beaucoup de gens disent qu’aider les autres par le biais d’actes de charité ou de travail bénévole leur permet de se sentir mieux et plus heureux. Une nouvelle recherche va plus loin et montre que le simple fait de souhaiter une bonne santé à autrui peut avoir un effet positif similaire sur notre humeur.

 

Qu’il s’agisse de fuir la ville, de faire une promenade ou de passer du temps avec nos amis, nous avons tous nos stratégies pour réduire l’anxiété ainsi que le stress de la vie moderne.
Mais quel rôle dans notre bien-être peut avoir le fait d’aider les autres? Des recherches antérieures ont confirmé qu’être généreux rend les gens plus heureux. Certaines études ont même mis en évidence des zones spécifiques du cerveau affectées par des actes de générosité, suggérant que donner à d’autres peut aider à réduire l’anxiété et le stress.

 

Une nouvelle recherche, publiée dans le Journal of Happiness Studies, examine plus en détail plusieurs stratégies visant à réduire l’anxiété et à améliorer le bien-être, et révèle que le simple fait de souhaiter du bien à une personne peut faire des miracles pour notre bien-être.
Les chercheurs Douglas A. Gentile, Dawn M. Sweet et Lanmiao He ont comparé le potentiel d’amélioration de l’humeur de trois de ces stratégies: bienveillance, interconnexion et comparaison sociale descendante.
Douglas Gentile est professeur de psychologie à l’Iowa State University d’Ames.

 

Les effets de 12 minutes de “bonté”

Le professeur Gentile et ses collègues ont demandé aux étudiants de se promener dans le bâtiment de l’université et d’essayer l’une des trois stratégies pendant 12 minutes.
La stratégie de la bonté bienveillante impliquait de regarder les gens et de penser: “Je souhaite que cette personne soit heureuse.” Les psychologues ont encouragé les participants à l’étude à exprimer réellement cette pensée et à se la dire avec conviction.

 

Dans la stratégie d’interconnexion, les chercheurs ont demandé aux participants de regarder les gens et de s’interroger sur les espoirs, les aspirations ou les sentiments qu’ils pourraient partager avec eux.
Enfin, dans le cadre de la stratégie de comparaison sociale descendante, les élèves devaient penser qu’ils avaient une meilleure vie que les personnes rencontrées.
Le professeur Gentile et ses collègues incluaient également un groupe d’étudiants de contrôle à qui il a été demandé de regarder les gens mais de se concentrer simplement sur leur apparence physique, leur style vestimentaire, etc.
Enfin, les participants ont rempli des enquêtes qui mesuraient leurs niveaux d’anxiété, de stress, d’empathie et de bonheur avant et après les expériences. Les chercheurs ont comparé les trois groupes au groupe témoin.

 

L’étude a révélé que, parmi les trois techniques, les personnes qui pratiquaient la bienveillance avaient globalement des niveaux d’empathie et de bonheur plus élevés, ainsi que des niveaux d’anxiété moins élevés. Espérer que les autres vont bien a également amélioré la bienveillance et la connectivité des participants.

 

En revanche, la comparaison sociale descendante ne favorisait pas du tout l’humeur et faisait en sorte que les étudiants se sentent moins attentionnés et empathiques.
Les chercheurs expliquent leurs résultats. Sweet, co-auteur de l’étude, a déclaré: “La comparaison sociale descendante est fondamentalement une stratégie compétitive.”
“Cela ne veut pas dire que cela ne peut avoir aucun avantage, mais des mentalités compétitives ont été associées au stress, à l’anxiété et à la dépression.”
En comparaison, “se promener et offrir de la gentillesse aux autres peuples du monde réduit l’anxiété et augmente le bonheur et le sentiment de lien social”, explique le professeur Gentile.
“C’est une stratégie simple qui ne prend pas beaucoup de temps et que vous pouvez intégrer à vos activités quotidiennes”, suggère-t-il. “Cette pratique simple a de la valeur quel que soit votre type de personnalité.”

 

Faire preuve de tendresse envers les autres a également permis de réduire l’anxiété, d’augmenter le bonheur, l’empathie et les liens sociaux.
Lanmiao He

 

L’auteur principal de l’étude mentionne également les implications que les résultats pourraient avoir à notre époque numérique.
“Il est presque impossible de ne pas faire de comparaisons sur les réseaux sociaux”, explique le professeur Gentile.
“Notre étude n’a pas testé cela, mais nous ressentons souvent l’envie, la jalousie, la colère ou la déception en réponse à ce que nous voyons sur les médias sociaux, et ces émotions perturbent notre sentiment de bien-être.”

People photo created by pressfoto – www.freepik.com