Connexion

Elementa fait connaître l’art-thérapie en Belgique, en France et en Suisse Quand notre âme se raconte à travers un dessin

 Actualité.  URL de cette page.

En 1945, l’artiste Adrian Hill publie «Art versus Ilness», où apparaît pour la première fois l’expression «art thérapie». Adrian Hill fût hospitalisé dans un sanatorium pour cause de tuberculose. Durant sa longue réconvalescence, il se mit à peindre. Les médecins constatèrent un lien de cause à effet entre l’activité artistique d’Adrian Hill et son rétablissement très positif comparé à d’autres cas similaires. A un tel point qu’une fois remis sur pieds, les médecins lui ont demandé de venir pratiquer la peinture avec d’autres patients au sein du sanatorium.

Aujourd’hui, l’Angleterre compte un millier d’art-thérapeutes sur le registre d’état des praticiens. Les Etats-Unis suivent de très près, et les pays européens marquent un intérêt grandissant pour la méthode.
Elementa, atelier partagé entre la France et la Belgique, offre depuis peu une formation en art-thérapie, sous la direction de Geoff Troll, plasticien aussi diplômé en art-thérapie à la faculté de médecine de Tours.
L’art-thérapie utilise l’expression artistique telle que la peinture, la danse, la musique ou encore la manipulation de marionnettes afin d’accéder à une meilleure connaissance de soi, un mieux-être psychologique, un équilibre psychique, une amélioration des relations interpersonnelles.

Pas besoin d’être un artiste pour pratiquer l’art-thérapie, bien au contraire. Cette thérapie est accessible à tout un chacun, qu’il soit écolier, boulanger, secrétaire, chômeur ou pensionné. En art-thérapie, il faut une tierce personne: la personne, le thérapeute et l’expression choisie. C’est à travers le transfert et le contre-transfert qu’on peut obtenir quelque chose.
Utilisée dans un cadre de travail psychologique, on retrouve cette technique aussi dans le domaine psyciatrique ainsi que dans les domaines où il existe beaucoup de frustrations, tel que les prisons, les personnes handicapées, les maisons de retraite.
L’art-thérapie peut agir très vite et est peut aider quelqu’un à prendre contact avec le monde autour de lui, à être moins angoissé. Dans le cas de conflits familiaux, l’art-thérapie peut aider à ouvrir des voies, à communiquer à nouveau.

Les gens qui s’orientent vers l’art-thérapie peuvent venir des beaux-arts ou du psycho-social, être des infirmières en psychiatrie, des médecins, des assistants sociaux. Il y a même des personnes qui sont juriste, voir membre du Marché commun. La formation peut aller jusqu’à trois ans. Au départ de la formation, on va se découvrir soi-même, on fait une auto-art-thérapie.

Lire l’article complet sur LeSoir.be


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis humain(e)