Connexion

5 façons de lâcher prise les blessures du passé

 Actualité.  URL de cette page.

Nous avons tous été blessés. Vous ne pouvez pas être un adulte – ou un adolescent – en vie aujourd’hui sans avoir ressenti des douleurs émotionnelles.

Ça fait mal. Je comprends ça.

Mais ce que vous faites avec cette blessure est probablement plus important que la blessure elle-même. Préféreriez-vous redevenir un vivant actif de la Vie? Ou préférez-vous ruminer sans fin sur le passé et sur quelque chose qui ne peut pas être changé?

En résumé, comment gérez-vous le lâcher prise de vos blessures du passé et comment passez-vous à autre chose? Découvrons-le…

Blâmer les autres pour nos blessures est ce que la plupart d’entre nous ont commencé à faire. Quelqu’un a fait quelque chose de mal ou nous a fait du tort et cela nous a impacté très fort. Nous voulons qu’il s’excuse. Nous voulons qu’il reconnaisse qu’il a mal agi.

Mais blâmer quelqu’un d’autre pour nos blessures peut se retourner contre nous, comme le mentionne Holly Brown (thérapeute de couple et familiale):

Le problème avec le fait de blâmer les autres, c’est que cela nous laisse souvent impuissant. Par exemple, vous confrontez la personne (votre patron, votre conjoint, votre parent, votre enfant) et ils disent: «Non, je ne l’ai pas fait» ou pire: «Oui je l’ai fait, et alors?» ; vous vous retrouvez seul avec toute cette colère et cette blessure sans rien avoir résolu.Tous vos ressentis sont légitimes. Il est important de les ressentir pleinement, puis de passer à autre chose. Garder vos griefs indéfiniment est une mauvaise habitude, car cela vous fait plus de mal que de bien.

 

Les personnes qui conservent ces blessures du passé, ressassent fréquemment la douleur dans leur esprit. Dans certains cas, une personne peut même être «coincée» dans cette douleur, dans cette blessure, dans ce blâme.

 

Les 5 façons de lâcher prise les blessures du passé

La seule façon d’accepter de nouvelles joies et du bonheur dans votre vie est de créer de l’espace pour cela. Si votre cœur est rempli de douleur et de blessures, comment pouvez-vous être ouvert à quelque chose de nouveau?

 

1. Prenez la décision d’appliquer le lâcher prise.

Les choses ne disparaissent pas d’elles-mêmes. Vous devez vous engager à «lâcher prise». Si dès le départ vous ne faites pas ce choix conscient, vous pourriez vous retrouver à saboter tout effort pour passer au-delà des souffrances du passée.

Prendre la décision consciente du lâcher prise signifie aussi d’accepter que vous avez le choix du lâcher prise. Arrêtez de revivre la douleur du passé, arrêtez de passer en revue les détails de l’histoire dans votre tête chaque fois que vous pensez à l’autre personne. Cela nous donne du pouvoir, sachant que c’est notre choix de s’attaquer à la douleur ou de vivre une vie future sans elle.

 

2. Exprimez votre douleur et votre responsabilité.

Exprimez la douleur que vous avez ressentie, que ce soit directement à l’autre personne ou simplement en la retirant de votre système (par exemple, évacuation vers un ami, écriture dans un journal ou écriture d’une lettre que vous n’avez jamais envoyée à l’autre personne). Sortez tout de votre système en une fois. Cela vous aidera également à comprendre en quoi consiste spécifiquement votre blessure.

Nous ne vivons pas dans un monde où tout est noir ou blanc, même si parfois nous en avons l’impression. Bien que vous n’ayez peut-être pas eu le même degré de responsabilité pour le préjudice que vous avez subi, il est possible que vous aussi, vous soyez partiellement responsable d’une petite partie du préjudice. Que pourriez-vous faire différemment la prochaine fois? Êtes-vous un participant actif de votre propre vie ou simplement une victime sans espoir? Laisserez-vous votre douleur devenir votre identité? Ou êtes-vous quelqu’un de plus profond et de plus complexe que ça ?

 

3. Cesser d’être la victime et de blâmer les autres.

Être victime, ça fait du bien – c’est comme faire partie de l’équipe gagnante contre le monde. Mais devinez quoi? Le monde ne s’en soucie guère, alors vous devez vous en remettre. Oui, vous êtes spécial. Oui, vos sentiments comptent. Mais ne confondez pas avec “vos sentiments comptent” à “vos sentiments doivent prévaloir sur tout le reste, et rien d’autre n’importe.” Vos sentiments ne sont qu’une partie de cette grande chose que nous appelons la vie, qui est tout enchevêtrée et complexe. Et désordonné.

À tout moment, vous avez le choix: continuer à vous sentir mal dû aux actes subis de tierces personnes ou à commencer à vous sentir bien. Vous devez assumer la responsabilité de votre propre bonheur et ne pas mettre un tel pouvoir entre les mains d’une autre personne. Pourquoi voudriez-vous laisser la personne qui vous a blessé – dans le passé – avoir un tel pouvoir, ici, maintenant?

Aucune quantité de ruminations ou d’analyses n’a jamais réglé un problème relationnel. Jamais. Pas une seule fois dans l’ensemble de l’histoire du monde. Alors, pourquoi choisir de s’engager dans une telle réflexion et de consacrer autant d’énergie à une personne qui, à votre avis, vous a fait du tort?

 

4. Concentrez-vous sur le présent – l’ici et maintenant – et la joie.

Maintenant il est temps de se laisser aller. Lâchez le passé et arrêtez de le revivre. Arrêtez de vous raconter cette histoire où le protagoniste – vous-même – est pour toujours la victime des horribles actes de cette autre personne. Vous ne pouvez pas défaire le passé, tout ce que vous pouvez faire est de faire en sorte qu’aujourd’hui soit le meilleur jour de votre vie, ou au minimum qu’il soit meilleur que le jour précédent.

Lorsque vous vous concentrez sur l’ici et maintenant, vous avez moins de temps pour penser au passé. Lorsque les souvenirs du passé s’insinuent dans votre conscience (comme ils sont tenus de le faire de temps en temps), reconnaissez-les durant un bref instant, pas plus longtemps ! Et puis ramenez-vous doucement dans le moment présent. Certaines personnes trouvent plus facile de faire cela avec un signal conscient, par exemple en se disant: «C’est très bien. C’était le passé, et maintenant je me concentre sur mon propre bonheur et sur … . ”

Rappelez-vous que si nous remplissons notre cerveau – et vivons – avec des sentiments de blessures, il n’y a guère de place pour quelque chose de positif. C’est un choix que vous faites de continuer à ressentir la douleur plutôt que d’accueillir à nouveau la joie dans votre vie.

 

5. Pardonnez-leur – et à vous-même.

Nous n’avons peut-être pas à oublier les mauvais comportements d’une autre personne, mais pratiquement tout le monde mérite notre pardon. Parfois, nous sommes coincés dans notre douleur et notre entêtement, voir notre égo. Nous ne pouvons même pas imaginer le pardon. Mais pardonner ne veut pas dire: “Je suis d’accord avec ce que vous avez fait.” Au lieu de cela, il est écrit: “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous avez fait, mais je vous pardonne quand même.”
Evidemment, c’est plus vite dit que fait. Car pardonner quelqu’un qui nous a terriblement blessés, c’est pas chose facile pour tout le monde. Et il y a une grande différence entre le dire et le ressentir.

Le pardon n’est pas un signe de faiblesse. Au lieu de cela, cela veut dire: «Je suis une bonne personne. Tu es une bonne personne. Tu as fait quelque chose qui m’a fait mal. Mais je veux avancer dans ma vie et y accueillir la joie. Je ne peux pas le faire complètement tant que je n’ai pas laissé cette histoire derrière moi. ”

Le pardon est une façon tangible de laisser quelque chose derrière soi. C’est aussi une façon de faire preuve d’empathie envers l’autre et d’essayer de voir les choses de son point de vue.

Et se pardonner à soi-même peut également constituer une partie importante de cette étape, car parfois nous pouvons nous rendre responsables de la situation. Bien que nous ayons peut-être eu un rôle à jouer dans la blessure, il n’y a aucune raison que vous ayez besoin de continuer à vous battre. Si vous ne pouvez pas vous pardonner, comment pourrez-vous vivre dans la paix et le bonheur futurs?

 

*********

 

Je sais que cela est difficile et qu’il est incroyablement difficile d’abandonner la douleur – j’ai moi-même eu du mal à le faire. Si on le tient depuis longtemps, on se croirait dans une vieille amie. Justifié. Ce serait sacrilège de le laisser partir.

Mais la vie de personne ne devrait être définie par sa douleur. Ce n’est pas sain, cela ajoute du stress, cela nuit à notre capacité de concentration, d’études et de travail, et cela a une incidence sur toutes nos autres relations (même celles qui ne sont pas directement touchées par la blessure). Chaque jour que vous choisissez de vous en tenir à la douleur est un autre jour où tout le monde autour de vous doit vivre avec cette décision. Et ressentir ses conséquences.

Faites-vous, et à tout le monde, une grand faveur : abandonnez vos douleurs. Faites quelque chose de différent aujourd’hui et accueillez à nouveau le bonheur dans votre vie.

5 façons de lâcher prise les blessures du passé