Toutes les références sur Mooji (guide spirituel)


Mooji, né en tant que Anthony Paul Moo-Young le 29 janvier 1954 en Jamaïque, est un homme profondément spirituel qui par la force des choses enseigne son savoir et celui que Papaji lui a enseigné, à travers le monde. Les témoignages sont unanimes : « Il y a une énergie qui rayonne de la présence de Mooji, une sorte d’intimité impersonnelle, pleine d’amour, de joie et d’un curieux mélange d’enjouement et d’autorité. Son style est direct, clair, compatissant et souvent humoristique. ». Il débuta sa vie d’adulte en tant qu’artiste de rue. Puis enseigna à la Brixton College. Mooji est un disciple direct de Sri Harilal Poonja, maître advaita, mieux connu sous le nom de Papaji.

Lire plus
En 1987 il rencontra un mystique chrétien, ce qui entraina un changement radical dans la vie de Mooji. Il se consacra à la prière et au fur et à mesure que sa conscience spirituelle s’éveillait, une profonde transformation intérieure commença qui se déroula sous la forme de nombreuses expériences miraculeuses et d’intuitions mystiques. Il quitta sa maison et commença une vie de simplicité tranquille et s’abandonna à la volonté de Dieu telle qu’elle se manifestait spontanément en lui. Une grande paix est entrée dans son être et y est restée depuis.
Pendant les six années suivantes, Mooji a dérivé dans un état de méditation spontanée inconsciente du monde extérieur qu’il connaissait. Pendant ces années, il vivait presque sans le sou mais était constamment absorbé par la joie intérieure, le contentement et la méditation naturelle. La Grace arriva sous la forme de sa sœur Julianne, qui accueillit Mooji dans sa maison avec une gentillesse aimante, et lui donna le temps et l’espace dont il avait tant besoin pour fleurir spirituellement, sans les pressions et les exigences habituelles de la vie extérieure. Mooji se réfère à cette période de sa vie comme de ses «années de désert» et parle avec émotion d’un sentiment profond d’être «assis sur les genoux de Dieu». À bien des égards, ces temps étaient loin d’être faciles pour Mooji, mais il n’y a aucune trace de regret ou de remords dans son ton lorsqu’il raconte ces années. Au contraire, il parle de cette phase de sa vie comme étant richement bénie et abondante en grâce, en confiance et en dévotion affectueuse.
Maître Advaita Sri Harilal Poonja mieux connu sous le nom de Sri PapajiEn 1993, Mooji s’est rendu en Inde. Il avait envie de visiter Dakshineswar à Calcutta où Sri Ramakrishna, le grand saint bengali, avait vécu et enseigné. Les paroles et la vie de Ramakrishna ont été une source d’inspiration et d’encouragement pour Mooji dans les premières années de son développement spirituel. Il aimait profondément le Saint mais comme le destin le déterminerait, il n’irait pas à Calcutta. Alors qu’il était à Rishikesh, lieu saint au pied de l’Himalaya, il devait avoir une autre rencontre propice; cette fois avec trois dévots du grand Maître Advaita Sri Harilal Poonja, connu de ses nombreux dévots comme Papaji. Leur invitation incessante à Mooji de voyager avec eux pour rencontrer le Maître a fait une profonde impression sur lui. Il a néanmoins retardé la perspective de rencontrer Papaji pendant deux semaines entières, choisissant d’abord de visiter Varanasi, la ville sainte.
À la fin de novembre 1993, Mooji s’est rendu à Indira Nagar, à Lucknow, pour rencontrer Papaji. Ce devait être une expérience propice et profondément significative sur son chemin spirituel. Il sentit que c’était sa bonne fortune; il avait rencontré un Bouddha vivant, un maître pleinement illuminé. Il a progressivement reconnu que Papaji était son gourou. Mooji est resté avec Papaji pendant plusieurs mois. Au cours d’une réunion de satsang, Papaji lui dit: «Si tu veux être un avec la vérité, tu dois disparaître complètement.» En entendant cela, une grande colère s’éleva dans son esprit, pleine de jugement et de résistance envers Papaji. Il décida de quitter définitivement la présence du maître, mais plus tard dans la journée, un énorme nuage de colère et de révolte s’éleva soudainement, laissant son esprit dans un état de paix, de vide et d’amour pour le maître, si intense qu’il savait qu’il ne pouvait pas partir. Grâce à la grâce de ‘Papaji’, son esprit a été repoussé dans le vide de la source.
Sri Ramana MaharshiEn 1994, avec la bénédiction de son Maître, il se rendit à Sri Ramanasramam à Tiruvannamalai. C’est l’ashram au pied d’Arunachala, la «colline du feu», où Sri Ramana Maharshi, le sage d’Arunachala et le gourou de Papaji, a vécu et enseigné. Mooji se sentait très heureux et à la maison à Tiruvannamalai. Il resta là presque trois mois avant de retourner s’asseoir aux pieds de Papaji. Sri Ramana Maharshi : largement connu comme le Sage unique du 20ème siècle. Sa vie était un parfait exemple de simplicité, de pureté, d’égalité et d’équanimité, né de l’expérience inaltérable du Soi.
Une semaine après son retour à Lucknow, Mooji a appris de Londres que son fils aîné était décédé subitement d’une pneumonie. Il est retourné en Angleterre. La béatitude des premières années a cédé la place à un vide profond et un silence intérieur, transmis par la Grâce et la Présence de Papaji.
Mooji revint chez Papaji en 1997. Ce devait être sa dernière rencontre avec son Maître bien-aimé, qui était devenu malade et frêle dans ses mouvements, mais dont la lumière intérieure et la présence restaient intactes. Un mois après son retour à Londres, Mooji a appris que le Maître était décédé. De cela Mooji déclare: “Ce principe qui se manifeste comme le Maître est toujours ICI MAINTENANT. Le Vrai Maître ne meurt jamais, c’est le Monsieur qui meurt. Le vrai Maître, Sat Guru (= un précepteur spirituel de la plus haute réalisation. Celui qui a réalisé la vérité ultime. Aussi, le gourou intérieur; Son vrai soi; l’Absolu impersonnel) à l’intérieur, seul est le Réel “.
Depuis 1999, Mooji partage le satsang sous forme de rencontres spontanées, de retraites, de satsang intensifs et de rencontres individuelles avec les nombreux chercheurs qui le visitent, venus de toutes les parties du monde, à la recherche de l’expérience directe de la vérité. Peu de professeurs modernes de la tradition advaita exposent la «connaissance du Soi» et la méthode de la recherche de soi, avec une clarté, un amour et une autorité éblouissants. Il y a une énergie qui rayonne de la présence de Mooji, une sorte d’intimité impersonnelle, pleine d’amour, de joie et d’un curieux mélange d’enjouement et d’autorité. Son style est direct, clair, compatissant et souvent humoristique. Une fois pris dans l’emprise de ses questions, il semble n’y avoir aucun endroit à cacher. Son examen minutieux et sa position intransigeante sont si impitoyables que le concept du «je» est inévitablement exposé comme une construction mentale, vu de la conscience informelle que nous sommes.
Mooji a voyagé en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Suède, en Amérique du Nord, en Argentine, au Brésil, au Royaume-Uni, en Irlande, au Portugal, en Ukraine, en Pologne, en Russie et en Inde pour des réunions, Intensives et Retraites. Il est toujours ouvert à la rencontre de sincères chercheurs de vérité, quels que soient leurs antécédents.

 Intervenants.  Lien vers cette page.