Connexion

Les médecines complémentaires pratiquées à l’hôpital

 Actualité.  URL de cette page.

Ni douces ni parallèles, ces thérapies “différentes” – et souvent très anciennes – font désormais l’objet de recherches universitaires en France. les hôpitaux de l’Assistance publique de Paris ouvrent largement leurs portes à ces médecines désignées comme “complémentaires” par le comité d’orientation pluridisciplinaire, présidé par le Pr Jean-Yves Fagon.
De nombreuses personnes, notamment celles souffrant de maladies chroniques, font appel à l’acupuncture, l’ostéopathie ou l’hypnose, pour ne citer que les plus utilisées.
Concernant plus spécifiquement la médecine chinoise traditionnelle – acupuncture, bien sûr, mais aussi massages à visée thérapeutique ou pratiques psycho-corporelles comme le tai-chi ou le qi gong -, elle est désormais pratiquée dans beaucoup d’hôpitaux et de centres hospitalo-universitaires.
En France, près de 10 000 médecins, pharmaciens, sages-femmes, kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes et vétérinaires pratiquent à temps plein ou partiel l’acupuncture, le massage Tui Na, le qi gong et l’auriculothérapie.
Lire l’article complet sur LePoint.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis humain(e)